La France connait depuis quelques années une forte hausse de la consommation de cocaïne qui s’accompagne d’une augmentation du nombre de complications médicales et d’effets sévères sur la santé liés à cette consommation. Ce sont près de 10 000 hospitalisations par an qui ont lieu, ainsi que de nombreuses complications médicales dont la gravité et la fréquence augmentent.

Face à ce constat, la MILDECA souhaite sensibiliser et informer le public, les usagers et leur entourage sur la dangerosité de ce produit qui bénéficie encore trop d’une image positive.
Associations, collectivités locales, encadrants et personnes en lien avec les jeunes, nous vous invitons à diffuser/reprendre cette campagne largement.
Ces messages seront diffusés sur les réseaux sociaux de la MILDECA du 19 avril au 4 mai 2022 et seront aussi disponibles au téléchargement sur cette page, au fur-et-à mesure de leur diffusion en ligne :

 

charte_01_cocainecquoi.png
 
 

De la coca à la cocaïne : un désastre pour l’environnement

La cocaïne est une drogue issue des feuilles du cocaïer. Les feuilles sont traitées chimiquement pour obtenir une pâte transformée ensuite en poudre. Elle est produite principalement en Colombie, au Pérou et en Bolivie. Sa production a un fort impact environnemental :

  • importante pollution de l’eau et des sols liée aux produits chimiques nécessaires à la transformation de la feuille de coca.
  • déforestation à grande échelle pour planter de nouveaux plants de coca.

 

charte_02_cocaineloi.png
 
 

La cocaïne et la loi

La cocaïne est une drogue classée parmi les stupéfiants.

  • Sa détention et son usage sont interdits, en consommer peut faire encourir jusqu'à 1 an de prison et 3 750€ d'amende.
  • Les incitations à l’usage, au trafic et la présentation du produit sous un jour favorable sont aussi interdites et peuvent entrainer jusqu’à 5 ans de prison et 75 000€ d’amendes.
  • Le trafic, interdit lui aussi, est puni de peines de prison jusqu’à 30 ans et d’amendes jusqu’à 7 500 000€.
charte_03_cocainemodesconso.png
 
 

 

Modes de consommation

La cocaïne est une drogue classée parmi les stupéfiants.

  • Sniffée : c'est le mode de consommation le plus courant.
  • Inhalée (= fumée) : pour être inhalée, la cocaïne est mélangée à un produit basique de type bicarbonate de soude ou ammoniaque ; elle se transforme en crack/free base qui peut alors être consommée.
  • Injectée : par voie intraveineuse, seule ou associée à l'héroïne (« speedball »).
  • Ingérée : dans une boulette de papier à cigarette (« parachute ») ou diluée dans une boisson.
charte_04_cocainediffusion.png
 
 

 

La cocaïne n’est plus cantonnée à certains milieux

Bénéficiant d’une image très positive liée à la fête et à la sociabilité, la consommation de cocaïne est aussi recherchée pour améliorer la performance professionnelle et/ou sexuelle grâce à son effet psychostimulant.

Avec un prix au gramme qui a fortement baissé, la cocaïne se retrouve désormais dans tous les milieux socio-professionnels ainsi que chez les jeunes en particulier dans le milieu étudiant.

charte_05_cocainecrack.png
 
 

 

La cocaïne n’est plus cantonnée à certains milieux

Le crack est connu pour être consommé par des usagers très désocialisés ou précarisés, principalement en région parisienne et dans certains départements d’outre-mer. Depuis peu, le crack se diffuse auprès d’usagers mieux insérés socialement, et sur tout le territoire. Parce qu’ils l’appellent « freebase » ou « cocaïne fumée », ces nouveaux usagers ne pensent pas consommer du crack.

Inhalé, les effets du crack surviennent en 5 à 10 secondes et durent 5 à 10 minutes. La « descente », très brutale, incite les usagers à enchainer les prises, multipliant ainsi les risques de dépendance et de complications.

 

charte_06_cocaineeffets.png
 
 

Effets recherchés

La cocaïne est un stimulant. Les effets de sa consommation varient beaucoup d'une personne à l'autre en fonction : du contexte, de la quantité de produit, de la qualité et du mode consommation qui influence la durée des effets.

La consommation de cocaïne est recherchée pour :

  • l'euphorie et la facilité de communication.
  • le sentiment de confiance en soi accrue et l'augmentation des capacités intellectuelles.
  • une plus grande énergie, une indifférence à la fatigue et la douleur.
  • une amplification du désir sexuel.
charte_07_cocaineimage.png
 
 

 

Une image positive à relativiser

Son image positive séduit un public de plus en plus large, de toutes les catégories socio-professionnelles. Pourtant :

  • le risque de dépendance est majeur.
  • les effets néfastes pour la santé peuvent arriver dès la première prise ou pour un usage occasionnel.
  • la phase de « descente » (« crash ») est particulièrement désagréable et peut durer plusieurs jours.

Elle se traduit par un état dépressif, une anxiété et une irritabilité. Elle peut inciter à consommer d’autres drogues ou médicaments pour en atténuer les effets.

 

charte_08_cocainejegere.png
 
 

Je consomme de temps en temps, je ne suis pas dépendant

« Je gère », deux mots souvent prononcés par les consommateurs de cocaïne, pourtant :

  • la dépendance peut s’installer dès la première prise.
  • ce risque, bien réel, est méconnu d’une grande partie des usagers.
  • l’arrêt de la consommation est souvent très difficile.

Et si c’était le moment de parler de sa conso avec son médecin généraliste ou une équipe de spécialistes : https://www.drogues-info-service.fr/ [5]

charte_09_cocaineeffetssec_01.png
 
 

 

Des effets secondaires variables 1/2

En cas d'usage occasionnel ou à faible dose :

  • fatigue, insomnie, perte de l'appétit et de la soif.
  • augmentation de la température du corps, bouche sèche.
  • agitation, trouble du langage, mouvements désordonnés, hyperactivités
  • sautes d'humeur, anxiété, irritabilité.
  • accélération du rythme cardiaque, douleur thoracique.

Et si c’était le moment de parler de sa conso avec son médecin généraliste ou une équipe de spécialistes: https://www.drogues-info-service.fr/ [5]

charte_10_cocaineeffetssec_02.png
 
 

 

Des effets secondaires variables 2/2

En cas d'usage répété ou à forte dose :

  • tremblements, fièvre.
  • confusion mentale, délire.
  • crises d'angoisse importante.
  • idées paranoïaques, mégalomanie.
  • illusions sensorielles, voire hallucinations.
  • troubles de l'érection.

Et si c’était le moment de parler de sa conso avec son médecin généraliste ou une équipe de spécialistes: https://www.drogues-info-service.fr/ [5]

charte_11_cocainerisques_01.png
 
 

 

Des risques à chaque prise, quelle que soit la fréquence de consommation

  • augmentation brutale de la pression artérielle.
  • troubles du rythme cardiaque, crise cardiaque.
  • convulsions, AVC, hémorragie cérébrale.

Consommer de la cocaïne multiplie par 24 le risque de syndrome coronarien (réduction de l’apport sanguin du cœur) 1 heure après la prise.

Signes d'une surdose : accélération de la respiration, sueurs abondantes, crispation forte des muscles, douleurs abdominales, nausées/vomissements.

En cas de suspicion de telles complications appelez immédiatement le 15 ou le 112.

 

charte_12_cocainerisques_02.png
 
 

Des risques en cas d’usage régulier 1/2

Des risques cardiovasculaires :

  • hypertension artérielle
  • atteinte durable du muscle cardiaque (cardiomyopathie).
  • insuffisance cardiaque.

Des troubles cognitifs :

  • troubles de l'attention et de la mémoire visuelle.
  • troubles de la mémoire de travail (enregistrer et traiter plusieurs informations en même temps).
  • difficultés à décider, réactions inadaptées, perte de contrôle, etc.

En cas de signes de malaise appelez immédiatement le 15 ou le 112.

charte_13_cocainerisques_03.png
 
 

 

Des risques en cas d’ usage régulier 2/2

  • perforation de la cloison nasale.
  • dysfonctionnements hormonaux chez les femmes.
  • troubles de l'érection.
  • insuffisance rénale.
  • hallucination, délire, attaque de panique, etc.

En cas de signes de malaise appeler immédiatement le 15 ou le 112.

charte_14_cocainerisques_melanges.png
 
 

 

Des risques liés aux mélanges de produits

Avec de l'alcool :

  • Majoration du risque de surdose, d'infarctus et de mort subite.
  • Toxicité hépatique.

Avec de l'héroïne ou des opiacés :

  • augmentation du risque de surdose.

Avec certains antidépresseurs (IMAO) :

  • risque d'hypertension artérielle.
  • syndrome sérotoninergique qui peut être mortel (hyperactivité, sueurs, tremblements, etc.).

En cas de signes de malaise, appeler immédiatement le 15 ou le 112.

charte_15_cocainerdrd.png
 
 

 

Toute consommation de cocaïne expose à des risques, mieux vaut ne pas en prendre mais dans le cas contraire :

  • éviter de consommer si on ne se sent pas bien.
  • attendre de connaître les effets sur soi avant d'en consommer plus ou plus souvent.
  • ne pas faire de mélanges avec d’autres substances psychoactives, en particulier l’alcool.
  • ne pas partager son matériel (outil d’inhalation, seringue, paille).
  • ne pas conduire de véhicule ou avoir une activité demandant de la vigilance.
  • en cas de sniff, se rincer le nez à l'eau stérile, se laver les dents.

En cas de problème appeler vite le 15 ou le 112.