couv_plan_national_mildeca_2018-2022_princ_300x115.png
Au terme du plan gouvernemental 2013-2017 qui a porté la politique de lutte contre les conduites addictives au cours des dernières années, le Premier ministre a souhaité que la MILDECA lui propose, en lien avec les ministères concernés, une actualisation et une intensification de cette politique, afin de protéger les Français, en particulier les plus jeunes, leurs niveaux de consommation étant parmi les plus élevés en Europe, quel que soit le produit en cause.

Plus de 70 contributions ont été recueillies

Les 6 axes, 19 priorités et plus de 200 mesures proposées font suite à une large concertation menée depuis fin octobre 2017 qui a associé les ministères, leurs opérateurs (agences sanitaires et agences régionales de santé), la CNAM et la CNAF, les associations représentant les communes (Association des maires de France, France Urbaine, Union nationale des centres communaux d’action sociale) et les départements (Association des départements de France), les professionnels, associations et intervenants, spécialistes de l’addictologie ou de la réduction des risques, mais aussi des représentants du secteur économique de la production d’alcool, de la restauration et de la distribution.

Le plan 2018-2022 s’articule autour de 6 grands défis :

  • Protéger dès le plus jeune âge
  • Mieux répondre aux conséquences des addictions pour les citoyens et la société
  • Renforcer les connaissances sur les addictions et favoriser leur diffusion
  • Créer les conditions de l’efficacité de l’action publique sur l’ensemble du territoire
  • Améliorer l’efficacité de la lutte contre le trafic
  • Renforcer la coopération internationale

Pour protéger, d’abord les enfants, les jeunes et les plus vulnérables, réduire le nombre de décès, éviter les maladies, mieux vivre ensemble avec moins de violence,  le plan national vise à mobiliser les services de l’Etat, les collectivités locales et la société civile. Il entend créer un élan et accompagner une prise de conscience dans l’ensemble de la société pour diminuer les consommations de produits psychoactifs, licites ou illicites, et les conduites addictives.

Inscrit dans un temps long, le plan accorde une importance particulière à la prévention, en cohérence avec la stratégie nationale de santé, il indique les priorités et les principales mesures à mettre en œuvre, témoignant d’une action publique ambitieuse et pragmatique.

Il accompagnera la nouvelle politique pénale qui découlera de la création, dans le projet de loi de programmation et de réforme de la Justice, en débat au Parlement, d’une amende forfaire sanctionnant le délit d’usage de stupéfiants

Le plan recense aussi les grands axes du renforcement de la lutte contre le trafic de stupéfiants détaillés dans le plan de lutte contre la criminalité organisée et le trafic de stupéfiants.

 

Contact presse :
Antonin Lamberty-Garric, antonin.lambertygarric@pm.gouv.fr, 01 42 75 69 62, @MILDECAgouv