logo_mildeca_montrabe_princ_300x115.png
L’Occitanie s’engage contre les addictions : la commune de Montrabé remporte un appel à projet de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives.

Le mardi 13 novembre, Nicolas Prisse, Président de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) et Madame Nathalie GARCIA,  maire adjointe à la Jeunesse, représentant monsieur Jacques Sebi, maire de la commune, signeront, en présence des représentants de l’Etat dans le département,  une convention de partenariat pour l’élaboration et la mise en œuvre de  projets en direction des jeunes contre les consommations à risque d’alcool et de tabac. Cette convention vise aussi à mieux faire comprendre et respecter l’interdit en matière de cannabis. Cette signature se déroulera  à la préfecture de Toulouse et s’inscrit dans le cadre plus global d’un déplacement du président de la MILDECA sur le territoire.

Animée par la MILDECA, la politique de lutte contre les addictions est portée par la quasi-totalité des départements ministériels mais son efficacité naît aussi de très nombreuses initiatives locales émanant d’habitants, élus, commerçants, membres d’associations, professionnels de l’éducation, de la santé ou de la sécurité qui, chaque jour, sont confrontés aux dommages sanitaires et sociaux liés à ces consommations. En s’appuyant sur son réseau territorial dans les préfectures, la MILDECA a souhaité aider les collectivités désireuses de changer la donne, à l’échelle de leur territoire, en lançant en mars 2018 un appel à projets d’un million d’euros visant à favoriser une action globale en direction des jeunes contre les consommations à risque d’alcool, de cannabis et de tabac.
La construction d’un plan d’actions doit permettre une évolution des consommations des jeunes par :

  • une transformation des représentations associées à l’alcool, tabac et cannabis, en particulier par une meilleure connaissance des risques et dommages associés
  • une diminution de l’accessibilité des mineurs à l’alcool et au tabac et un plus grand respect de l’interdiction de vente à ces derniers
  • la création d’un environnement protecteur par la mobilisation des parents, des adultes et des jeunes eux-mêmes

Plus de 70 territoires ont candidaté à cet appel à projets témoignant ainsi de leur engagement contre les addictions. Onze collectivités ont été retenues : CA Béziers Méditerranée (34), Calais (62), Cherbourg-en-Cotentin (50), Fontaine (38), La Possession (974), CA Maubeuge Val de Sambre (59), Merville (59), Montrabé (31), Nice (06), Petite Terre (975), Rosny-Sous-Bois (93). Les actions qui seront menées permettront de mieux protéger les jeunes en mobilisant des territoires sur lesquels vivent près d’1,5 million de personnes.

Montrabé : agir pour éduquer et protéger les plus jeunes

Déjà très engagée dans une politique volontariste d’accompagnement de la jeunesse, la collectivité a mis en place un plan de prévention nouvellement dessiné.
Jacques Sebi :
« Montrabé est une commune jeune et dynamique. 35% des Montrabéens ont moins de 30 ans. En tant que Maire, j’ai à cœur la protection et l’accompagnement des jeunes Montrabéens, pour qu’ils prennent soin de leur santé et en soient pleinement acteurs. La signature de la convention, permettra à la commune de Montrabé de bénéficier de 35 000 euros d’aide de la MILDECA. Avec Nathalie Garcia, mon Adjointe au Maire, déléguée à la jeunesse, nous nous réjouissons de cette nouvelle qui vient souligner l’engagement Montrabé en termes d’éducation, de prévention, et d’accompagnement des jeunes.
Cette somme nous permettra dans les prochains mois de construire et de lancer un plan innovant, efficace et concerté de prévention globale visant à prévenir chez les jeunes, la consommation de produits psychoactifs comme l’alcool, le tabac et le cannabis.
 Il comportera notamment des actions de sensibilisation des jeunes avec des documents diffusés dans les établissements scolaires,  des conférences débat, la recherche d’une collaboration des acteurs économiques concernés par la vente d’alcool, la définition de « lieux sans » à commencer par un jardin public protégé de toute consommation de produits psychoactifs…, l’écriture d’une charte de vie nocturne formalisera la coopération sur le terrain entre le Service Jeunes de la commune et la Police Municipale.
Nous espérons que l’ensemble de ce dispositif inspirera d’autres communes afin que de telles initiatives se multiplient ».