min-interieur_2020-07_princ_300x115.png
Avec l’OFAST (office anti-stupéfiants) mais également grâce aux commissariats de sécurité publique et services de police judiciaire de la Police nationale et aux unités territoriales et de recherches de la Gendarmerie nationale, le ministère de l’Intérieur est pleinement mobilisé pour lutter contre les trafics de stupéfiants.

L’OFAST, chef de file unique et identifié contre les trafics de drogue a succédé à l’OCTRIS en janvier 2020. Il anime, en lien avec l’autorité judiciaire, la politique interministérielle de lutte contre les trafics de stupéfiants grâce à une coordination du travail des services de police, de gendarmerie, des douanes, du ministère de la Justice, du secrétariat général de la Mer, du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du ministère des Armées. Il est doté d’un important réseau territorial et anime un réseau d’une centaine de CROSS (cellules de renseignement opérationnel sur les stupéfiants). 

Par ailleurs, l’office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP) rattaché à la Gendarmerie nationale est notamment chargé de lutte contre les usages détournés des médicaments classés comme psychotropes et stupéfiants.

La Police nationale et la Gendarmerie nationale réalisent de très nombreuses actions de prévention en direction de la jeunesse dans les établissements scolaires et universitaires, mais également en direction des adultes, dans le milieu professionnel. Plus de 1 000 policiers et gendarmes spécialement formés s’investissent dans ce type d’actions.

Focus sur le Plan national de lutte contre les stupéfiants :
Lancé en 2019, le « plan stup’ » est un ensemble de 55 mesures pour répondre à 6 objectifs :

  • L’amélioration de la connaissance des trafics 
  • L’intensification et la rationalisation des activités de terrain 
  • L’accroissement de la lutte contre l’économie souterraine et les circuits de blanchiment du trafic de stupéfiants
  • Le renforcement de la saisie des avoirs criminels 
  • Le développement de la coopération internationale 
  • Le renforcement des capacités des services