marrianne_img-principale_300x115.png
La marine nationale, de par ses capacités hauturières, les prérogatives juridiques dont elle dispose spécifiquement et l’importance de ses moyens prépositionnés outre-mer, participe activement à la lutte contre le trafic de drogue par le biais d’opérations maritimes effectuées en soutien des services répressifs.

Ces opérations maritimes prennent différentes formes : des opérations de zone dans une aire géographique donnée et pendant un laps de temps planifié, des opérations ciblées au vu de renseignements préalablement fournis et des opération de circonstance consécutive à une détection par le bâtiment ou à un renseignement fourni avec un faible préavis. Par ailleurs, la marine nationale est représentée au sein de diverses organisations en charge du recueil, de l’exploitation et de l’analyse du renseignement (MAOC et CeCLAD-M) voire de la conduite d’opérations.

Cette participation à la lutte contre le trafic de drogue en mer représente aujourd’hui une part importante des activités de la marine, pour des résultats significatifs. Elle témoigne, dans la logique de l’esprit du « Livre blanc » associant sécurité intérieure et extérieure, de la contribution essentielle de la marine à la protection du territoire et de la nation contre l’ensemble des menaces susceptibles de venir de la mer.