bandeau_ghb_300x115.jpg
Dans le contexte de reprise de la vie festive à partir du 16 février 2022 en établissements de nuit, la MILDECA (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) a conçu une nouvelle campagne d'information, de prévention et de réduction des risques liés au GHB/GBL. Ces ressources sont libres de droits et vous pouvez donc les utiliser et les partager largement.

Ces messages, diffusés du 16 au 25 février 2022 sur les réseaux sociaux de la MILDECA seront aussi progressivement disponibles au téléchargement sur cette page, au fur-et-à mesure de leur diffusion en ligne :

 

ghb-gbl_charte_01-c_quoi.png
 
 

Le GHB/GBL c’est quoi ?

  • Le GHB (acide gammahydroxybutyrique) est un produit anesthésiant, détourné de son usage médical depuis une vingtaine d’années.
  • Le GHB se présente sous forme de poudre blanche soluble ou de liquide incolore et inodore conditionné dans de petits flacons et se consomme par voie orale principalement.
  • Le GBL (acide gammabutyrolactone) est un solvant industriel, utilisé souvent comme nettoyant très puissant, qui se transforme en GHB une fois dans l’organisme.
  • C’est donc ce qu’on appelle un précurseur du GHB. Ces deux produits ont les mêmes effets et présentent les mêmes risques.

 

charte_02_loi.png
 

Le GHB/GBL et la loi

Le GHB est classé sur la liste des stupéfiants sauf pour ce qui concerne son usage médical.

  • Son usage est interdit, en consommer est puni d’amendes jusqu’à 3 750€ et jusqu’ à 1 an de prison.
  • L’incitation à l’usage et au trafic et la présentation du produit sous un jour favorable sont interdites et punies d’amendes jusqu’à 75 000€ et jusqu’à 5 ans de prison.
  • Le trafic est interdit, sous peine d’amendes jusqu’à 7 500 000 € et jusqu’à 30 ans de réclusion criminelle.

La GBL est sur la liste des produits industriels toxiques surveillés. La vente et la cession aux non professionnels sont interdites.

 

charte_03_effets.png
 

Effets recherchés

  • Le GHB à faible dose (entre 0,5 et 1ml) est consommé pour la sensation d’euphorie proche de l’ivresse et la désinhibition qu’il procure.
  • A plus forte dose (entre 1,5 et 2 ml), il devient un puissant somnifère et amnésiant.
  • En cas d'usage de GBL, les doses doivent être divisées par 2 par rapport à celles du GHB.
  • Les effets se font sentir 10 à 20 minutes après l’ingestion et durent 2 à 4 heures.

En cas d’usage chronique, la dépendance est possible avec un très fort syndrome de sevrage pouvant freiner l’envie d’arrêter. Besoin d’aide ? Consultez le site Drogues info service

 

charte_04_dosage.png
 

Un produit très difficile à doser

La dose euphorisante est très proche de la dose dangereuse. Le surdosage entraine des effets secondaires pouvant être graves :

  • Maux de tête, vertiges, étourdissements.
  • Nausées et vomissements.
  • Somnolence, confusion, amnésie (trou noir).
  • Perte de connaissance pouvant aller jusqu'au coma et la mort, en particulier en cas de mélange avec de l'alcool.

En cas d’urgence, faire le 112 ou le 15 et ne pas laisser la personne seule.

 

charte_05_rdrd_01.png
 

Réduire les risques #1

Mieux vaut ne pas consommer de GHB/GBL pour éviter tout risque mais dans le cas contraire :

  • Ne pas consommer d’alcool avant de prendre du GHB/GBL et pendant, car le risque de coma est important.
  • S’entourer de personnes de confiance pour consommer, en particulier quand on n’en a pas l’habitude.
  • Eviter les mélanges avec d'autres produits psychoactifs y compris les médicaments.
  • Garder à l’œil son produit pour éviter les prises accidentelles par d’autres.

En cas d’urgence faire le 112 ou le 15 et ne pas laisser la personne seule.

 

charte_06_rdrd_02.png
 

Réduire les risques #2

Mieux vaut ne pas consommer de GHB/GBL pour éviter tout risque mais dans le cas contraire :

  • Réaliser le dosage du GHB/GBL avec des outils gradués précisément (0,1 ml au moins).
  • Noter l’heure de prise et laisser au minimum 2 heures entre chaque prise, voire plus en fonction de la dose.
  • Eviter la conduite de tout véhicule, l'usage du GHB/GBL affecte la coordination des mouvements et rend somnolent.
  • Penser aux préservatifs en contexte sexuel !

En cas d’urgence faire le 112 ou le 15 et ne pas laisser la personne seule.

 

charte_07_vulnerabilite.png
 

Le GHB/GBL rend vulnérable

La plupart des consommateurs recherchent les effets du GHB/GBL en contexte festif ou sexuel. Mais certaines personnes tentent de le mélanger à la boisson de leur victime pour commettre un délit ou un crime : vol, agressions, abus sexuels… Ces cas restent rares mais mieux vaut :

  • Surveiller la préparation de son verre
  • Ne pas consommer de boisson dont on ignore la provenance
  • Ne pas consommer la boisson d’une autre personne
  • Ne pas laisser son verre sans surveillance et/ou utiliser un cache de protection
  • Eviter tout mélange de produits pouvant entrainer des états d’inconscience (alcool + cannabis et/ou médicaments)

En cas de doute sur un comportement, alerter le personnel de l’établissement ou l’organisateur de la soirée. En cas d’urgence faire le 112 ou le 15 et ne pas laisser la personne seule.

 

charte_08_vulnerabilite.png
 

Prendre soin les uns des autres

  • Garder un œil sur ses ami(e)s et tout changement de comportement (impression d’« ivresse », somnolence).
  • Faire attention à toute manipulation de verre.
  • Avoir un œil sur les clients qui semblent suivre ou « accompagner » des personnes « ivres ».
  • Ne pas laisser sortir ou aller aux toilettes seul(e) un(e) proche sous GHB/GBL.
  • Signaler la circulation/manipulation de fioles, seringues, poudre, cuillères.
  • En cas de doute, conserver la boisson consommée ou les verres vides et se rendre aux urgences rapidement pour que des prélèvements soient effectués avant la disparition du produit dans l’organisme.

Tout comportement suspect doit être signalé au personnel de l’établissement ou l’organisateur de la soirée. En cas d’urgence faire le 112 ou le 15 et ne pas laisser la personne seule.

 

charte_09_professionnels_01.png
 

Professionnel de la nuit ou organisateur de soirée, que faire face au GHB/GBL ?

Je sensibilise le personnel et la clientèle/les participants à :

  • Ne pas laisser les verres sans surveillance.
  • Etre vigilant sur les attitudes évoquant l’ivresse ou un état de sommeil.
  • Signaler immédiatement tout comportement suspect.
  • Signaler la circulation/manipulation de fioles, seringues, poudre, cuillères.
  • Etre vigilants sur ce qui se passe dans les endroits plus isolés (toilettes, extérieur, etc.).

Si possible, je communique sur les risques (sets de table, verres, sous-verres, protection de verres, etc.)

 

charte_10_professionnels_02.png
 

Professionnel de la nuit ou organisateur de soirée, que faire en cas de malaise ?

  • J’accompagne la personne à l’écart et j’assure sa protection
  • Si elle est consciente, je l’interroge sur les raisons de son état
  • Je ne la laisse pas seule
  • Si elle est en état de rentrer, je la fais raccompagner par un proche

Si la personne a des maux de tête, des vertiges, des nausées/vomissements ou est inconsciente, elle fait peut-être une surdose. J'appelle les secours sans tarder (112 ou 15) et je ne la laisse pas seule.

Si la personne déclare s’être faite agresser :

  • Je l’accompagne à l’écart et je ne la laisse pas seule
  • Je conserve la boisson consommée ou les verres vides
  • J’appelle la police ou la gendarmerie