actu_saf2020_princ_300x115.jpeg
Si la prise de conscience des risques progresse dans la population française, la consommation d’alcool pendant la grossesse est encore trop fréquente : entre 10 et 30 % des femmes continuent de consommer au moins occasionnellement de l’alcool pendant leur grossesse. La journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation fœtale est l’occasion de rappeler que la consommation d’alcool pendant la grossesse est la première cause de handicap mental non génétique en France.

On estime aujourd’hui en France qu’un enfant sur 100 souffre ou souffrira de troubles causés directement l’alcoolisation fœtale, et qu’un enfant sur 1000 naît avec un syndrome d’alcoolisation fœtale.

L’alcool passant facilement du sang maternel au sang du fœtus, c’est à tous les stades de la grossesse, qu’il affecte le bon développement du fœtus. Il peut ainsi entraîner de nombreuses complications : 

  • retard de croissance
  • atteintes du système nerveux central
  • malformations

Le syndrome d’alcoolisation fœtale est la forme la plus grave de ces complications.

Une campagne d’information sur les dangers

Santé publiquaffiche_saf_2020.jpge France mène depuis le mois de juillet une grande campagne d’information rappelant qu’il n’y a pas de seuil de consommation sans danger au cours de la grossesse et que le seul message à retenir est « zéro alcool pendant la grossesse ».

Cette campagne vise également à favoriser les actes de soutien de l’entourage des femmes enceintes pour suivre cette recommandation.

Pour les femmes, les futurs parents en difficulté avec l’alcool, l’orientation vers le dispositif d’aide à distance Alcool Info Service, est également rappelé dans le cadre de la campagne d’information.