logo-gvt_princ_300x115_.png
La MILDECA, par la voix de son président Nicolas Prisse, se félicite de la décision d’Olivier VERAN, ministre des Solidarités et de la Santé, de poursuivre l’engagement financier en 2020 du fonds de lutte contre les addictions (FDLC). Près de 115 millions d’euros sont engagés en 2020 afin de soutenir le déploiement d’actions de prévention.

En 2019, le plan d’actions du fonds de lutte contre les addictions a permis de traduire en actions les priorités du Programme national de lutte contre le tabac 2018-2022 et du Plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022, en poursuivant les projets initiés dans le cadre du fonds de lutte contre le tabac et en élargissant le champ d’intervention aux autres substances psychoactives, en particulier l’alcool et le cannabis.

Le premier bilan 2019 (volet 1-actions nationales) témoigne de ce fort engagement collectif. Le bilan des actions financées au niveau régional paraîtra au 3ème trimestre.

Soutenue par la dynamique du fonds depuis 2018, et grâce à la mobilisation de tous, la baisse du tabagisme en France, premier déterminant de santé, se poursuit : en 2019, un peu moins d’un quart (24%) des 18-75 ans fument quotidiennement, alors qu’ils étaient 25,4% en 2018 et 26,9% en 2017.

Près de 115 millions d’euros sont à nouveau engagés en 2020 pour amplifier la mobilisation contre les addictions liées aux substances psychoactives :

  • Plus de 53 millions d’euros pour soutenir des projets à l’échelle locale ;
  • 29 millions d’euros pour l’amplification des actions de marketing social ;
  • Plus de 16 millions d’euros investis dans la recherche, l’observation et l’évaluation;
  • Et près de 16 millions d’euros pour soutenir les projets nationaux de la société civile.

L’arrêté fixant la liste des bénéficiaires et les montants alloués a été publié ce jour.

Des actions concrètes envers des publics ciblés

En 2020, les actions visent en priorité les jeunes, les femmes enceintes et parents de jeunes enfants, les personnes atteintes de maladies chroniques (dont les personnes vivant avec un trouble psychique), les personnes en situation de précarité sociale et les personnes placées sous-main de justice.

Le FDLC permet aussi d’outiller et de soutenir les pratiques des professionnels de santé et du secteur socio-éducatif en matière de prévention des consommations à risque de substances psychoactives ou de réduction des risques et des dommages liés à ces consommations.

Pour soutenir la mobilisation de tous, un appel à projets spécifique a été lancée, comme en 2019, à destination de la société civile et les agences régionales de santé (ARS) ont été dotées de crédits pour accompagner les initiatives locales.

S’agissant des actions de prévention envers les jeunes, la dynamique de renforcement des compétences psycho-sociales en milieu scolaire continue à être soutenue en 2020  ; ces actions sont désormais co-construites entre ARS et rectorats.