campagne-cannabis-2020_princ_300x115.png
Interrogés sur la représentation qu’ils ont des drogues, les adolescents attribuent volontiers au cannabis une image positive et dédramatisée, opposée aux effets négatifs qu’ils associent au tabac. Décrit comme « plaisant », « convivial », voire « naturel », le cannabis est aussi perçu comme moins dangereux et addictif que la nicotine, cité comme « un produit qui ne fait pas de mal ».

Pourtant, les preuves scientifiques s’accumulent sur les risques pour la santé liés à l’usage de cannabis. Les jeunes, dont le cerveau est en maturation jusqu’à 25 ans environ, sont particulièrement concernés. L’impact se mesure en termes de santé physique et psychique mais aussi de réussite scolaire et d’insertion sociale et professionnelle.

Lutter contre la banalisation du cannabis est donc indispensable. D’autant que le produit est largement diffusé dans la société française : 900 000 personnes consomment du cannabis tous les jours ; en 2017, 45% des adultes entre 18 et 64 ans déclarent avoir déjà expérimenté ce produit au cours de leur vie.

Quant aux adolescents de 17 ans, près de 4 sur 10 ont déjà fumé du cannabis au moins une fois ; l’usage régulier, au moins dix fois durant le mois, concerne 7% d’entre eux. La consommation de cannabis par les jeunes de 17 ans est néanmoins en baisse marquée depuis 2014, quel que soit l’indicateur examiné : expérimentation, usage dans l’année ou usage régulier.

C’est pour prolonger cette tendance ainsi que pour informer la population française, à distance des idées reçues et des intérêts économiques, que la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives diffusera jusqu’à début octobre des messages courts et simples, destinés à mettre en évidence les risques pour la santé liés à l’usage de cannabis. Ces messages s’adressent aux adolescents, jeunes adultes, parents, usagers occasionnels ou réguliers ainsi qu’à tout citoyen souhaitant être informé sur le sujet.

Ces 20 messages seront diffusés du lundi 14 septembre au vendredi 2 octobre, sur tous les réseaux sociaux de la MILDECA :

  ►   TWITTER : https://twitter.com/MILDECAgouv
  ►   FACEBOOK : https://www.facebook.com/MILDECA/
  ►   INSTAGRAM : https://www.instagram.com/mildecagouv/
  ►   LINKEDIN : https://www.linkedin.com/company/mildeca/

 

charte_cannabis_sante_01_800px.png
 

CANNABIS & SANTÉ
Le cerveau des jeunes est particulièrement vulnérable au cannabis

La maturation du cerveau, jusqu’à environ 25 ans, peut être affectée par l’usage de substances pyschoactives

La consommation régulière et précoce de cannabis altère le bon développement du cerveau

 

 

charte_cannabis_sante_02_800px.png
 

CANNABIS & SANTÉ
Le cerveau des jeunes est particulièrement vulnérable au cannabis

En cas de consommation régulière peuvent apparaitre des troubles :

  • de l’attention
  • de la mémoire à court terme
  • de la faculté de prendre des décisions
  • du temps de réaction

 

charte_cannabis_sante_03_800px.png

CANNABIS & SANTÉ
Le cannabis, une drogue pas si douce que ça...

Le tabac étant majoritairement associé au cannabis, le fumeur s'expose à des risques de cancer liés au tabagisme : bouche, larynx, oesophage, vessie, poumon, etc.

La fumée issue du mélange cannabis et tabac contient plus de substances cancérigènes que la seule fumée du tabac

 

 

charte_cannabis_sante_04_800px.png
 

CANNABIS & SANTÉ
Le cannabis, une drogue pas si douce que ça...

Le cannabis est issu d'une plante "naturelle", il n’en est pas moins nocif pour la santé

Quelle que soit sa forme, le cannabis peut être coupé avec des substances dangereuses : henné, cirage, pneu, huile de vidange, plomb, plastique, etc.

 

 

charte_cannabis_sante_05_800px.png
 

CANNABIS & SANTÉ
Le cannabis, une drogue pas si douce que ça...

Problèmes scolaires, familiaux ou personnels, souffrance... peuvent conduire à consommer pour mettre les soucis à distance, mais parfois le cannabis amplifie le mal-être avec :

  • une perte de motivation (études, loisirs, travail)
  • un isolement accru (amis, famille)

 

charte_cannabis_sante_06_800px.png

CANNABIS & SANTÉ
Des risques psychiques

Une consommation régulière et prolongée chez l’adolescent n’ayant pas de problème pré-existant, pourra entrainer au cours de sa vie :

  • des troubles dépressifs
  • des risques de comportements  suicidaires

 

 

charte_cannabis_sante_07_800px.png
 

CANNABIS & SANTÉ
Des risques psychiques

Dans certains cas, la consommation de cannabis peut :

  • provoquer une «psychose cannabique»
  • révéler ou aggraver les symptômes de la schizophrénie

qui se caractérisent toutes deux par des hallucinations et/ou des idées délirantes.

Ces symptômes ne doivent pas être pris à la légère et nécessitent rapidement une prise en charge médicale

 

charte_cannabis_sante_08_800px.png
 

CANNABIS & SANTÉ
Des risques psychiques

Le «bad trip» ou «intoxication aiguë» au cannabis peut arriver dès la première prise.
Il se manifeste par un malaise physique et/ou psychique :

  • tremblements
  • difficultés à respirer
  • perceptions altérées
  • peur de mourir
  • angoisses
  • palpitations

Evitez de consommer seul(e). En cas d’urgence, faites le 15.