A partir des recommandations de l’expertise collective INSERM 2014 sur les Conduites addictives chez les adolescents. Usages, prévention et accompagnement et face à l’évolution préoccupante des consommations de substances psychoactives constatées chez les jeunes, la MILDECA a proposé dans son plan d’actions le déploiement de l’intervention précoce.

L’intervention précoce pour qui et pourquoi ?

Les Consultations Jeunes consommateurs, mission des CSAPA centrée sur les conduites addictives chez l’adolescent, constituent les pivots de l’intervention précoce qui se positionne comme un continuum entre la prévention et le soin, et comme relais de tous les dispositifs qui accueillent des jeunes.

A partir de pratiques centrées sur une clinique spécifique de l’adolescence et sur la création d’une alliance thérapeutique, les CJC doivent pouvoir proposer un suivi adapté. En allant vers les jeunes en difficulté potentielle, et en se faisant connaitre des partenaires et des institutions, pour dépasser les difficultés à atteindre ce public spécifique, les CJC doivent permettre qu’une intervention sur leurs consommations soit proposée aux adolescents le plus tôt possible. Le repérage des jeunes patients qui n’ont pas identifiés par eux-mêmes les difficultés liées à leur consommation doit permettre d’aboutir à une amélioration de leur état de santé et de leur qualité de vie.

Mise en œuvre et déploiement

La DGS et la MILDECA ont mandaté la Fédération addiction pour mettre en œuvre une formation de formateurs à l’intervention précoce commune à l’ensemble des régions.
Ces formateurs « iront vers » et formeront à leur tour l’ensemble des acteurs en contact avec les jeunes. Par le développement d’une culture commune et la sensibilisation aux enjeux des conduites addictives, la formation doit permettre le renforcement des compétences de la communauté adulte avec pour objectif final d’améliorer le repérage et l’accompagnement des jeunes usagers à risque et l’accès aux soins de ceux qui en ont besoin.

A ce jour, 440 professionnels des CSAPA/CJC ont été formés, devenant des personnes « ressources » partageant des valeurs et une conception commune de l’intervention précoce. Ils sont ainsi prêts à mettre en place des formations de professionnels encadrant les jeunes par des professionnels (entre « pairs »), et valoriser l’envie des professionnels de s’inscrire dans une démarche participative.

Cette démarche structurée étendue à l’ensemble du territoire doit aboutir à une dynamique territoriale de la prise en compte des conduites addictives des jeunes mobilisant toute la communauté adulte.