publication-generique_img-principale.png
L’évaluation de la politique de lutte contre l’usage des substances illicites a été décidée à l’initiative conjointe du groupe socialiste, républicain et citoyen (SRC), de la commission des Affaires sociales et de la commission des Lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République.

Les moyens mobilisés pour l'évaluation :
Les rapporteurs ont animé des tables rondes sur les tendances récentes liées à l’évolution des produits, des trafics et des risques sanitaires et sociaux.
Ils ont auditionné les parties prenantes des quatre grands aspects du sujet que sont laprévention, l’action policière et judiciaire, le soin et la réduction des risques. Au total, 67 personnes ont été entendues par les rapporteurs.
Des déplacements sur le terrain : les rapporteurs se sont déplacés à la préfecture de Police de Paris, au CAARUD Boutique 18 à Paris, au CSAPA Pierre Nicole à Paris, et ont effectué un déplacement aux Pays-Bas.
À l'issue de ces travaux, les rapporteurs ont identifié une douzaine de propositions susceptibles d’améliorer la politique de lutte contre l’usage de substances illicites.

Le Dain (AY), Marcangeli (L), Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques, CEC, Assemblée nationale, n°2385, novembre 2014, 153 p.