marrianne_img-principale_300x115.png
La police nationale (commissariats de sécurité publique ou services de la police judiciaire) et la gendarmerie nationale (compagnies de gendarmerie départementales, unités de recherche) sont les principaux services chargés de lutter contre l’usage et le trafic de stupéfiants.

Compte tenu du nombre d’unités concernées, aussi bien de sécurité publique que spécialisées, un Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) centralise tous les renseignements pouvant faciliter la recherche et la prévention du trafic illicite des toxiques stupéfiants et permettre une meilleure coordination des opérations tendant à la répression de ce trafic.
Par ailleurs, une Mission de lutte anti-drogue (Milad) placée auprès du directeur général de la police nationale est chargée de coordonner et d’orienter la politique des directions et services de la police nationale en matière de prévention, de lutte contre l’usage, contre le trafic de stupéfiants et contre le blanchiment de l’argent qu’il génère. Ce volet patrimonial est également pris en compte par l’Office central de répression de la grande délinquance financière, la Plate-forme d’identification des avoirs criminels et les Groupes d’intervention régionaux.
La police nationale et la gendarmerie nationale réalisent de très nombreuses actions de prévention en direction de la jeunesse dans les établissements scolaires et universitaires, mais également en direction des adultes, dans le milieu professionnel. Plus de 1.000 policiers et gendarmes spécialement formés s’investissent dans ce type d’actions.