Vous êtes ici

Amphétamine

16/11/2015

Produit stimulant la vigilance, jadis administré en thérapeutique comme anorexigène ou comme psychostimulant, et de nos jours utilisé dans un cadre toxicomaniaque ou comme agent de dopage. Venues s'inscrire, après la Seconde Guerre mondiale, dans le paysage d'une société faisant allégeance à la productivité, les amphétamines constituent l'un des (mauvais) outils de la performance. SYN. : psychamine. ABR. : amphé.

L'amphétamine est le chef de file d'une famille de substances chimiquement et pharmacologiquement proches les unes des autres, désignées d'une façon générique comme " amphétamines " ou, populairement, comme speed (" vitesse " en anglais).

Facilement synthétisable en laboratoires clandestins, l'amphétamine est proposée aux consommateurs sous la dénomination de ice ou de glass (respectivement " glace " et " verre " en américain, par référence à l'aspect transparent blanc de ses cristaux) pour la forme basique, aisément vaporisable, et de crank ou de crystal pour la forme salifiée. Sous cette dernière forme, la drogue est prisée ou injectée û l'utilisation étant douloureuse pour la muqueuse nasale ou les veines. Sous sa forme basique, elle est absorbée par inhalation, exactement comme le crack, dans une pipe ou dans une cigarette.

Sur le marché clandestin, on vend souvent comme amphétamines des molécules sympathomimétiques moins puissantes : éphédrine, décongestionnants nasaux divers (phénylpropanolamine, etc.), voire comprimés de caféine.

Pharmacologie clinique

Les amphétamines sont des agonistes sympathomimétiques indirects. Elles exercent leur activité directement sur les neurones adrénergiques et dopaminergiques. Certaines d'entre elles développent une action préférentielle et presque spécifique sur les neurones sérotoninergiques. Dans tous les cas, les amphétamines agissent sur la libération des neuromédiateurs : elles les déplacent de leurs sites de stockage (les vésicules) et augmentent massivement leur libération dans la synapse. Les amphétamines " vidangent " les cellules de leur contenu en neuromédiateurs. Ces stimulants de l'éveil épuisent donc les neurones. Leurs effets dynamisants et anorexigènes ne durent qu'un temps û pendant lequel l'activité nerveuse de certains réseaux de neurones dans le cerveau se trouve amplifiée par le recrutement sous l'effet de la drogue de toute la quantité de neuromédiateurs disponible dans la cellule.

Les effets de l'administration d'amphétamines persistent en général de trois à six heures : ils sont plus durables que ceux de la cocaïne. La méthamphétamine sous forme fumée donne des effets encore plus prolongés.

L'administration d'amphétamines expose à des risques à la fois somatiques et psychiques. Au plan somatique, les amphétamines accélèrent le rythme cardiaque, d'où une hypertension artérielle avec risque d'hémorragies (cerveau, poumon) et des troubles du rythme. De plus, elles ont une action vasoconstrictrice qui aggrave encore l'hypertension. Elles accélèrent aussi le rythme respiratoire mais dilatent les bronches.

Retour au lexique