soiree-festive_princ_300x200.png
Environ 200 000 jeunes par an se réunissent en France dans le cadre d’événements de type free party/multisons. Majoritairement non déclarées, ces manifestations touchent aujourd’hui l’ensemble du territoire national et entrainent des risques sanitaires et de potentiels troubles à l’ordre public. Une expérimentation est en cours dans quatre régions pour accompagner les organisateurs vers une fête plus responsable et encadrée.

Les membres du groupe de travail interministériel sur les rassemblements festifs piloté par la Direction de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA) et la MILDECA ont décidé de la mise en place d’une expérimentation dans quatre régions pilotes. Les objectifs ? Trouver des solutions concertées avec les acteurs du secteur et l’ensemble des parties prenantes pour accompagner la prise de responsabilité et les démarches des jeunes organisateurs.

Les régions pilotes s’engageront dans un dispositif de médiation qui devra aboutir à la déclaration de rassemblements départementaux ou régionaux dans le cadre législatif et réglementaire actuellement en vigueur. Les régions retenues pour l’expérimentation sont la Bretagne, les Pays-de-la-Loire, Le Centre-Val-de-Loire et l’Occitanie.    

Pour aboutir à la déclaration en Préfecture de ces rassemblements festifs, l'association Freeform s’engage à organiser en lien étroit avec l’autorité préfectorale, des concertations entre les collectifs d’organisateurs, les services de l’État (chefs de projet MILDECA, médiateurs « rassemblements festifs », DDCSPP, DRAC, forces de l’ordre), l’ARS, les élus et les différents partenaires (SDIS, protection civile, structures médico-sociales spécialisées en prévention et en réduction des risques type CAARUD et CSAPA). Elle devra également élaborer un calendrier prévisionnel des évènements, partagé entre l’ensemble des acteurs.

Une convention multipartenariale

Dans ce contexte, et en cohérence avec les objectifs visés par la convention bilatérale établie à cette fin avec la DJEPVA, les actions promues par la MILDECA et portées par l’association FREEFORM (structure associative d'accompagnement et de médiation au niveau national soutenue par le ministère de la Jeunesse) devront répondre à plusieurs objectifs spécifiques :

  • favoriser la mise en œuvre d’un partenariat étroit entre les CAARUD ou/et les CSAPA, les associations communautaires d’auto-support et les collectifs d’organisateurs (formations, interventions sur site lors des évènements) ;
  • garantir le soutien au financement des structures de la protection civile lors des manifestations festives ciblées en concertation avec l’autorité préfectorale ;
  • systématiser lors des évènements ciblés, et lorsque l’installation de débit de boissons alcoolisées est prévue par les organisateurs, l’obtention auprès des services municipaux d’une autorisation de débit de boissons temporaire et la délivrance par les services préfectoraux d’un arrêté d’ouverture dérogatoire.