additra2017_princ_300x115_v2.png
2ème Congrès Travail, santé et usages de psychotropes - 13 et 14 novembre 2017 - Paris, Le Beffroi de Montrouge

Dans le monde du travail, les dirigeants et les représentants du personnel s’emparent de plus en plus de la question de la consommation de substances psychoactives (SPA), mais elle reste trop souvent traitée sous l’angle du dépistage et de la sécurité. Dans un contexte d’évolution rapide des modes de travail et de consommation de ces substances, un premier congrès en 2014 avait permis de mieux définir le rôle que peut jouer l’environnement de travail dans les conduites addictives, et la nécessité de sortir d’une approche centrée sur les risques professionnels. Une deuxième édition de ce congrès se tiendra les 13 et 14 novembre prochains, avec pour thème :

Les liens entre l’organisation du travail, la santé et les usages de psychotropes (TSUP2017)

Les entreprises, les administrations, les partenaires sociaux et les pouvoirs publics ont, depuis quelques années, pris la mesure de l’enjeu que représente les conduites addictives en milieux professionnels. Le plan santé au travail 2016-2020 aborde pour la première fois les conduites addictives, et propose des modalités d’action pour prévenir ce risque multifactoriel.
 
Afin de mettre en place des actions de prévention plus efficaces, il convient de questionner la nature du lien entre le milieu du travail et les usages très variés de SPA. Par exemple, des consommations dans le cadre privé, ont parfois un lien avec l’environnement professionnel ou les conditions de travail d’une personne.

Ce congrès est organisé, avec le soutien de la MILDECA, par l’association « Addictologie et travail » (Additra), la Fédération Addiction et l’Institut de recherche et d’enseignement sur les maladies addictives (IREMA).
Il s’appuie sur un partenariat scientifique avec le CSO (Centre de sociologie des organisations), le CNRS (Centre national pour la recherche scientifique), l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales), l’INCA (Institut nationale du cancer), le CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), Sciences Po et l’Université Paris XIII.
Il bénéficie également de l’appui de plusieurs associations actives dans le champ de l’addictologie : ANPAA, Oppélia, Groupe SOS, Psychoactifs.org et Addiction Méditerranée.

C’est en ouvrant le dialogue entre les chercheurs, les praticiens et les acteurs du secteur économique que ce congrès contribuera à faire évoluer les stratégies d’intervention et de prévention dans le monde du travail, en prenant en compte les interrelations entre le travail, la santé et l’usage des substances psychoactives.

Dans le cadre du dernier plan de lutte contre les drogues et les conduites addictives 2013-2017, la MILDECA, en partenariat avec les ministères du travail et de la fonction publique, a déjà organisé deux journées nationales de prévention des conduites addictives en milieux professionnels qui ont contribué à lever le tabou sur cette question dans les entreprises et les administrations. Plusieurs initiatives innovantes ont également été lancées, telles que la création d’un portail addictions et travail, l’expérimentation de nouvelles stratégies territoriales de prévention avec l’ANACT, et le développement de la formation des médecins et infirmiers de santé au travail en partenariat avec l’EHESP. En 2018, une troisième journée sur la prévention des conduites addictives en milieux professionnels sera organisée sur le thème de la consommation d’alcool.