tapaj-201606_princ_300x115.png
La journée nationale TAPAJ (travail alternatif payé à la journée) qui a eu lieu le 2 juin dernier a permis de faire le bilan de l’année écoulée et d’annoncer la naissance de « TAPAJ France ». La convention signée avec la MILDECA à cette occasion marque la reconnaissance d’une structure désormais nationale. Le dispositif sera déployé dans dix autres villes d’ici fin 2016.

Ce dispositif innovant correspond à l’une des orientations du plan gouvernemental 2013-2017 qui a fixé parmi ses priorités stratégiques en termes de réduction des risques, « l’insertion socio professionnelle des usagers de drogues ». En effet, l’impact positif de la prise en charge globale, au-delà de la prise en charge thérapeutique, a été confirmé par les professionnels de l’addictologie. Ainsi, le programme TAPAJ favorise la continuité des interventions sanitaires, sociales et d’insertion.
    
TAPAJ s’adresse à un public jeune, fréquemment polyconsommateur de substances psychoactives et éloigné des dispositifs d’accompagnement et de soins. Il propose à des jeunes en errance d’avoir accès à quelques heures de travail moyennant un salaire versé le jour même. Il permet une entrée progressive dans le monde du travail dans le cadre d’une prise en charge globale de la situation médico-psycho-sociale du jeune.

Modélisé en juin 2012 à l’initiative du Comité d’étude et d’information sur la drogue et les addictions de Bordeaux, l’essaimage de TAPAJ se fait à ce jour dans 12 villes de France avec l’appui de la Fédération Addiction. Le CA de TAPAJ France est aujourd’hui constitué de l’ensemble des associations à l’origine du déploiement national : CEID-Addictions, Fédération Addiction, Spectre de Rue (Montréal), CMSEA, Drogues & Société, Groupe SOS Solidarités, ITHAQUE, OPPELIA, Clémence Isaure.

ALLER PLUS LOIN
  • Consulter le site de TAPAJ
  • A lire aussi sur drogues.gouv.fr
    Image
    tapaj_princ2_300x115.png